Concertation publique sur la production des énergies renouvelables

Synthèse de la réunion publique du mercredi 7 février 2024

Publié le

Le maire retrace le contexte de cette concertation.

Suite au décret de la loi du 10 mars 2023, les collectivités locales sont invitées à se pencher sur le recensement des sites qui pourraient accueillir ou développer la production de nouvelles ressources d’énergies renouvelables.

L’objectif consiste à développer la production d’énergies renouvelables sur l’ensemble de nos territoires.

 

En 2022, la commune a consommé 41 000 mégawattheures sur 2 000 points de consommation, avec une consommation en grande partie industrielle. La production locale d’énergies renouvelables s’est élevée à 200 mégawattheures, soit 0,5% de la consommation.

Les énergies renouvelables essentielles sont les suivantes :

  • Hydraulique (la commune n’est pas concernée)

  • Éolien (impossible sur la commune à cause de l’aéroport et de l’implantation de l’habitat)

  • Solaire au sol (possibilité d’ombrières sur des surfaces existantes, comme les parkings, cheminements ou voiries)

  • Solaire sur toitures (bâtiments publics ou industriels, particuliers)

  • Biomasse (unités de production de méthane)

  • Réseaux de chaleur (pour alimenter des bâtiments publics ou de l’habitat collectif ou en lotissement)

 

Question : A quel échelon s’applique l’objectif quantitatif de production énergétique ?

Réponse : Le recensement se fait au niveau local, puis est consolidé au niveau intercommunal, puis départemental et national. Selon les résultats obtenus, les différents niveaux seront réinterrogés en fonction de leur décalage. En quelque sorte il sera demandé des efforts aux mauvais élèves ….

 

Question : Existe-t-il des bâtiments publics qui puissent accueillir du solaire ?

Réponse : Oui, une étude a été réalisée il y a quelques années. La faisabilité dépend de la structure de la toiture et de l’exposition. Un chantier est en cours de finition sur le bâtiment des services techniques, projet porté par le SDE76. Ce projet a révélé de nombreux écueils en raison notamment de la présence d’amiante, ce qui a engendré des surcoûts.

Par contre un projet pourrait se réaliser sur la structure de la cuisine centrale ou sur le nouveau dojo, parce que cela a été intégré dans la conception de ces deux toitures. La toiture de l’église pourrait également être équipée : ce sera à réfléchir au moment de la rénovation de la toiture. 

 

 

Question : Peut avoir un réseau de chaleur qui produise du biométhane et produise en même temps de la chaleur pour l’habitat ou les bâtiments publics proches ?

Réponse : Une étude est menée par la communauté urbaine pour l’implantation éventuelle d’un réseau de chaleur, probablement à proximité de l’espace du littoral.

Le procédé de méthanisation est intéressant mais demande un approvisionnement important de masses de déchets à traiter et génère certaines gênes comme les odeurs fortes. 

Toutefois, on pourrait imaginer l’étude d’un projet de traitement des boues de la station d’épuration implantée chemin du fond du val, à l'ouest de la RD 940.

 

Question : Vous parlez de la possibilité d’implanter des ombrières sur les parkings de la commune, mais cela paraît en contradiction avec la demande de ne plus imperméabiliser les parkings.

Réponse : Il s’agit des parkings Pierre Leprévost et ceux des écoles. Pour information ces parkings appartenant maintenant à la communauté urbaine, c’est elle qui deviendrait le maître d’œuvre, mais bien évidemment en lien étroit avec la commune.

Ces parkings sont déjà imperméables, et justement l’installation d’ombrières permettrait de récupérer les eaux de pluie sans qu’elles se retrouvent polluées en retombant au sol comme actuellement.

La production d’électricité serait très conséquente et pourrait couvrir près de 20% de la consommation actuelle sur le territoire de la commune. De nombreuses sociétés privées sont prêtes à financer ces projets du fait d’importantes subventions de l’Etat et de l’Europe. Par contre il s’agit d’étudier minutieusement la qualité de production et l’aspect économique, de manière à pouvoir faire une autoconsommation à un tarif intéressant.

Autre aspect à étudier, quelles contraintes ou avantages procureraient la transformation de ces parkings ? Une perte éventuelle du nombre de places de stationnement, mais si cela est prévu ces espaces pourront être utilisés par exemple pour des vide-greniers.

Le solaire pourrait aussi trouver sa place sur la zone de l’aéroport, qui pourrait permettre une production importante, mais qui ne concernerait que partiellement la commune d’Octeville sur mer.

 

Question : Vues les évolutions climatiques, est ce que les installations au sol ou sur les toitures résisteraient aux vents violents et aux grêles ? 

Réponse : En effet il faut s’assurer que les nouvelles normes en tiennent compte, ce qui a priori est le cas.

 

Question : Connait-on la durée de vie d’un panneau solaire et où sont-ils produits ?

Réponse : la durée de vie est d’environ 30 ans ; beaucoup de panneaux viennent encore de Chine et sont très performants, mais la filière française se développe rapidement et prend des parts de marché sur le plan national.

 

Question : Il semble que des consommations dans les bâtiments publics pourraient être réduites si les occupants éteignaient quand ils quittent les équipements sportifs notamment.

Réponse : Il est vrai qu’il reste un volet important à développer quant à la sensibilisation des personnes, que ce soit pour l’utilisation d’équipements publics ou que ce soit des administrés concernant leur consommation personnelle d’énergie.

 

Question : Quelle est la réglementation pour les particuliers qui souhaiteraient installer des panneaux solaires chez eux ?

Réponse : Une déclaration préalable doit être déposée en mairie, dans le respect des règles d’urbanisme. Des toitures de maisons peuvent être adaptées, mais également le dessus de carports ou de bâtiments annexes.

 

Question : A quelle échéance le projet d’ombrières pourrait voir le jour ?

Réponse : Un appel d’offres a été lancé par la communauté urbaine pour les parkings de la commune et nous espérons valider le projet dans les prochains mois, en fonction des réponses des entreprises.