Conseils pour la lutte contre les rongeurs

Conseils pour la lutte contre les rongeurs

alternate textLes rats sortent occasionnellement des réseaux d’assainissement.
Certains facteurs peuvent inciter leur sortie tels que de fortes pluies, des travaux, un accès à de la nourriture (poubelles, nourrissage des oiseaux…). La perception d’un rongeur à l’extérieur ne nécessite pas systématiquement une intervention.


Qui gère la dératisation ?

Dans les parties privatives, il incombe aux occupants de traiter et dans les parties communes, aux propriétaires ou syndic.
La Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole traite les réseaux publics d’assainissement, les squares et jardins publics de son territoire en cas de prolifération.

En cas de présence importante de rongeurs sur l’espace public, signalez-le à la Communauté Urbaine (02 35 22 25 25)


Conduites à tenir sur le domaine privé :

1) Repérer les trous (si nécessaire les condamner) et la présence d’excréments.
2) Rechercher les éventuelles galeries sur le réseau d’assainissement et/ou l’existence de sources de nourriture (nourrissage  d’animaux, poubelles …).
3) Vérifier l’étanchéité des plaques d’égouts et des tuyaux et que le réseau n’est pas bouché.
4) Procéder aux travaux de remise en conformité si nécessaire.alternate text
5) Déposer des plaquettes de raticide dans des boîtes à appâts spécifiques (vendues en jardinerie, en droguerie…), au niveau des lieux de passage des rongeurs.
6) En remettre tant qu’elles sont consommées.
7) Les retirer lorsqu’elles ne sont plus consommées au bout d’une semaine.
8) En cas de forte invasion, contacter une entreprise de dératisation (il est recommandé de demander plusieurs devis).


Informations de la Communauté urbaine

Inscriptions liste électorale

alternate text

Élections municipales des 15 et 22 mars 2020

Les demandes d’inscription sur les listes électorales seront acceptées jusqu’au vendredi 7 février 2020 inclus.

 

Le Havre Seine Métropole

alternate textPlus forts, ensemble !

54 communes s’unissent pour créer ensemble Le Havre Seine Métropole.

Née le 1er janvier 2019, cette communauté urbaine est le fruit d’une alliance de trois Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) : la Communauté d’Agglomération Havraise (CODAH), la Communauté de communes Caux Estuaire et la Communauté de communes du canton de Criquetot-l’Esneval.

Constitué à l’échelle de la Pointe de Caux, ce territoire, qui cultive une identité à la fois maritime, fluviale et terrestre, forme un bassin de vie de près de 275 000 habitants.

Ensemble, les élus du territoire ont créé une métropole d’avenir qui joue dans la cour des grands et qui préparera demain.

Ensemble, les élus du territoire entendent faire de cette communauté urbaine un outil du quotidien, proche des communes et des habitants.



 

Rencontre entre ECOTER

Rencontre réalisée par ECOTER avec Jean-Louis Rousselin

maire d’Octeville-sur-Mer,

Vice-président de la Communauté de l’agglomération havraise,

Conseiller départemental de la Seine-Maritime.

« Travailler en amont sur nos projets en associant la population, c’est notre vision de la politique communale d’aujourd’hui ! »


 

Charmante commune du département de la Seine-Maritime en région Normandie, Octeville-sur-Mer et ses 6000 habitants ne manque pas d’atouts en matière d’attractivité et de bien-vivre.

Jean-Louis Rousselin, son maire, a pris en main le destin de la commune en 2008 avec pour ambition de servir les intérêts de ses administrés par une approche participative basée entre autres sur l’encouragement à la vie associative.

Forum des Territoires : Monsieur le Maire, à l’heure du tout numérique, où en êtes-vous avec l’arrivée de la fibre optique sur votre commune ?

Jean-Louis Rousselin : Nous sommes en phase préliminaire. Les travaux sont actuellement en cours avec une mise en service effective dans les mois à venir. À Octeville-sur-Mer, la fibre se déploie tout d’abord à destination des particuliers. En ce qui concerne la Mairie nous sommes dans une phase transitionnelle, notre service urbanisme s’est raccordé à la fibre sans avoir constaté de probants résultats. De ce fait, on s’interroge sérieusement afin de savoir pourquoi la vitesse de déploiement d’internet ne diffère pas. Surtout que nous devons déployer également notre système de vidéo protection.


F.d.T. : Octeville-sur-Mer entretient un tissu associatif très dynamique notamment dans les domaines sportifs et culturels. De quelle manière travaillez-vous avec ce tissu associatif ?

J-L. R. : Nous avons la chance, pour une commune comme la nôtre, d’avoir un peu plus de 30 associations. De cette manière, la ville essaie d’œuvrer en bonne intelligence avec les associations. Beaucoup d’associations, notamment sportives, bénéficient de subventions municipales assez conséquentes. C’est le cas avec le Handball, notre équipe féminine est en Division 2 national. Pour soutenir ces associations, il n’y a pas que les subventions, la ville met aussi à disposition des locaux. Même optique concernant l’aspect culturel. Vous vous en doutez, nous faisons avec les moyens du bord au niveau local. Cependant, nous n’avons toujours pas de salle d’animation ! Néanmoins, la commune soutient financièrement des événements comme le Festiv’Arts et le festival Spot-Nature. Grâce au Comité des fêtes, les revenus engendrés financent un voyage et offre également un repas annuel à nos ainés. Il ne faut pas se le cacher, les associations sont pour nous un élément de support important de la vie sociale de la commune. Et nous avons la chance d’avoir un niveau de participation active des citoyens. Cette vie associative permet une dynamique de groupe et entretien un lien social et intergénérationnel sur notre commune.


F.d.T. : Le renouvellement urbain, la qualité urbaine, l’urbanisme durable, cela se concrétise comment à Octeville-sur-Mer ?

J-L. R. : Ce qu’il faut savoir, c’est que notre population a triplé en 50 ans. Nous étions 2000 dans les années 70, aujourd’hui nous sommes 6000 habitants. Nous avons une commune très étendue, en termes de superficie. En lui-même, le bourg s’est assez peu développé au contraire des hameaux. Aussi, nous avons instauré une autre façon de faire : depuis 2013, les hameaux ne peuvent plus s’étendre, et nous avons également limité la surdensification à l’intérieur des hameaux, car cela ne respectait pas la typologie de ceux-ci. Aujourd’hui on se développe autour du bourg, dans des zones de développement que l’on a identifiées et sur lesquelles nous avons lancé – en maitrise d’œuvre urbaine – la mise en place de schéma directeur d’aménagement. Sous forme d’ateliers, dans le cadre d’une approche environnementale et d’urbanisme de qualité, nous avons associé la population. Et dans la phase établie de schéma directeur, nous avons intégré un certain nombre de données suites aux ateliers. La requalification urbaine de centre de bourg nous permet de mettre en place un plan de circulation et de réaménagement du cœur de bourg avec des projets mixtes (commerces/ logements ou logements seuls) qui verront le jour dans le cadre d’un projet Eco Cœur de bourg d’Octeville-sur-Mer.


F.d.T. : Vous semblez sensible à la démocratie participative, est-ce une autre façon de faire de la politique ?

J-L. R. : C’est indispensable, en effet ! On a eu l’implantation de constructions via un promoteur qui a réalisé dans une zone pavillonnaire du r+3. Cela a créé pas mal d’émoi dans la commune. À partir de là une association a vu le jour avec laquelle nous avons travaillé pour déterminer la typologie et les caractéristiques du bourg. On a fait en sorte qu’on ne construise pas plus haut que l’existant. Quant à la démarche participative, elle est essentielle. Comme je vous le disais, elle a permis de faire comprendre l’évolution que nous voulions donner. Travailler en amont sur nos projets en associant la population, c’est notre vision de la politique communale d’aujourd’hui !

La fibre optique à Octeville-sur-mer

alternate textLA FIBRE OPTIQUE ARRIVE À OCTEVILLE-SUR-MER

La commune a déjà organisé 2 réunions publiques avec l’opérateur Orange en charge du déploiement de la fibre FTTH a Octeville les 26 janvier 2018 et le 30 novembre 2018. Les nombreux Octevillais présents ont pu obtenir des réponses à leurs questions.

L’opérateur Orange a annoncé le 5 décembre 2019 qu’il arrêterait la commercialisation d’abonnements ADSL à partir de 2023 et que progressivement, à partir de cette année là, il procédera à l’arrêt du réseau téléphonique en cuivre par « plaque » sur le territoire national jusqu’en 2030. Cela voudrait dire que la « boucle finale » (la ligne téléphonique de cuivre entre le central téléphonique et le particulier), dont Orange est propriétaire, serait démontée secteur par secteur entre 2023 et 2030 au plus tard. Il est donc vivement conseillé de ne pas rester en ADSL mais de migrer à la fibre optique dès que votre fournisseur d’accès internet vous la proposera.c

> Point du déploiement au 15 novembre 2019

Un premier bilan en cours de chantier a été établi avec la Direction régionale d’Orange et le chef de projet en charge du chantier les 13 août et 30 septembre 2019. Essentiellement pour des raisons techniques, le chantier a pris 6 mois de retard mais tout est fait pour que 85% des maisons octevillaises soient raccordées fin 2020. 

Pourquoi ce retard ? Les normes concernant les charges supportées par les poteaux Enedis et EDF ont évolué. Plusieurs parties de la commune étant parfois exposées à des vents forts, certains hameaux verront le remplacement de tout ou partie des poteaux supportant des lignes téléphoniques. Dans certains cas, il y aura même doublement. Le nombre de fourreaux écrasés sous chaussées est aussi plus important que prévu. 

 


La fibre optique, c’est quoi ?

C’est un fil de verre très fin ou de plastique qui conduit la lumière en émettant un signal. Ce signal est capable de transmettre des données numériques beaucoup plus loin et en grande quantité. Le débit généré est jusqu’a 1000 fois plus rapide que l’ADSL et il est insensible aux perturbations électromagnétiques.

Grâce à la fibre, toutes les personnes d’un même foyer pourront utiliser en même temps des services domotiques et multimédias, sans ralentissement ni interruption. Vous pourrez télécharger très rapidement une vidéo sur Internet tout en regardant simultanément plusieurs écrans (télévision, tablette, ordinateur, smartphone). Les amateurs de jeux en réseau seront ravis.

Grâce à la fibre optique, tous les Octevillais jouiront d’une excellente qualité d’accès au réseau avec des débits allant jusqu’à 10 Gbit/s (1 Gbit/s = 1000 Mbits/s).


Comment se déroule l’installation de la fibre optique dans une maison ?
Une vidéo d’une dizaine de minutes vous apportera la réponse. Vous la trouverez à cette URL :
Elle provient de Ariase dont vous pourrez trouver des détails à cette autre URL :

 

Les travaux à Octeville

Ce grand chantier a débuté en janvier 2018 et aboutira normalement en 2021. Il y a environ 2400 maisons et appartements à raccorder sur la commune. Les travaux ont commencé par le hameau de Dondeneville qui était le alternate textmoins bien desservi par l’ADSL, avec des débits souvent inférieurs à 2 Mbits/s.

FTTH (fiber to the home en anglais) signifie que la fibre arrivera jusqu’au domicile du particulier. Il n’y aura pas de raccordement intermédiaire en fil de cuivre type FTTO ce qui ralentirait les débits. Là où les fils du téléphone sont enterrés, la fibre sera enterrée et passera dans les mêmes gaines, ce qui est le cas du bourg. Dans les hameaux, les fils téléphoniques sont très souvent accrochés sur des poteaux, la fibre sera alors aérienne. Un abonnement vous sera nécessaire pour disposer de la fibre optique chez vous. Pour plus de renseignements sur les avantages de celle ci, vous pouvez vous renseigner auprès de votre fournisseur d’accès Internet.


Quand serai je raccordé ?

Pour suivre la progression et savoir quand son domicile sera raccordé à la fibre optique FTTH, 2 adresses intéressantes :

https://reseaux.orange.fr/cartes-de-couverture/fibre-optique

https://boutique.orange.fr/eligibilite

On peut aussi s’inscrire pour être informé automatiquement de l’arrivée de la fibre dans son quartier :

https://interetfibre.orange.fr/

Vous trouverez aussi un comparatif concernant la couverture fibre optique des 4 grands opérateurs de France et comment procéder pour demander le raccordement lorsque la fibre sera proche de votre domicile :

Vérification conseillée à faire sans tarder

Pour être certain que le raccordement de votre maison est bien planifié par l’opérateur, il est vivement conseillé de vous assurer que celle ci est bien référencée sur https://reseaux.orange.fr/cartes-de-couverture/fibre-optique. Dans le cas contraire, la mairie peut intervenir auprès d’Orange. Dans ce cas, veuillez envoyer un mail à arichard@octevillesurmer.fr avec « fibre optique – ma maison n’est pas référencée » en objet décrivant vos nom, prénom, adresse postale complète, téléphone fixe et mobile et adresse mail.


Aides financières

Le Plan France Très Haut Débit : Ce plan vise à équiper l’ensemble des communes françaises en internet très haut débit dans un but double de compétitivité et de désenclavement de certaines régions. L’Etat a annoncé une subvention de l’ordre de 150 euros adressée aux particuliers ainsi qu’à certaines entreprises.
Vous pouvez aussi trouver des renseignements complémentaires à cette adresse :

 

Une carte des aménagements cyclables

Dans le cadre de son plan de déplacements urbains 2012-2022, la CODAH a engagé en 2015 un « plan vélo » visant à proposer des solutions de mobilité alternatives à la voiture individuels.

Fort d’un réseau existant de plus de 110 km, la CODAH aménagera 77 km supplémentaires d’ici à 2020. Il est à noter qu’une nouvelle piste cyclable reliera, probablement en 2018, le terminus du tramway et le centre de la commune d’Octeville-sur-mer.

Vous pouvez trouver ci-dessous une carte interactive du réseau cyclable de la CODAH :

http://reseaucyclable.codah.fr

ainsi qu’une carte des aménagements cyclables :

https://www.codah.fr/sites/default/files/CartePistesCyclables_SD.pdf

A noter : si vous le souhaitez, vous pouvez retirer à l’accueil de la mairie un exemplaire papier de la carte des aménagements cyclables.