Actualités

Rencontre entre ECOTER

Rencontre réalisée par ECOTER avec Jean-Louis Rousselin

maire d’Octeville-sur-Mer,

Vice-président de la Communauté de l’agglomération havraise,

Conseiller départemental de la Seine-Maritime.

« Travailler en amont sur nos projets en associant la population, c’est notre vision de la politique communale d’aujourd’hui ! »


 

Charmante commune du département de la Seine-Maritime en région Normandie, Octeville-sur-Mer et ses 6000 habitants ne manque pas d’atouts en matière d’attractivité et de bien-vivre.

Jean-Louis Rousselin, son maire, a pris en main le destin de la commune en 2008 avec pour ambition de servir les intérêts de ses administrés par une approche participative basée entre autres sur l’encouragement à la vie associative.

Forum des Territoires : Monsieur le Maire, à l’heure du tout numérique, où en êtes-vous avec l’arrivée de la fibre optique sur votre commune ?

Jean-Louis Rousselin : Nous sommes en phase préliminaire. Les travaux sont actuellement en cours avec une mise en service effective dans les mois à venir. À Octeville-sur-Mer, la fibre se déploie tout d’abord à destination des particuliers. En ce qui concerne la Mairie nous sommes dans une phase transitionnelle, notre service urbanisme s’est raccordé à la fibre sans avoir constaté de probants résultats. De ce fait, on s’interroge sérieusement afin de savoir pourquoi la vitesse de déploiement d’internet ne diffère pas. Surtout que nous devons déployer également notre système de vidéo protection.


F.d.T. : Octeville-sur-Mer entretient un tissu associatif très dynamique notamment dans les domaines sportifs et culturels. De quelle manière travaillez-vous avec ce tissu associatif ?

J-L. R. : Nous avons la chance, pour une commune comme la nôtre, d’avoir un peu plus de 30 associations. De cette manière, la ville essaie d’œuvrer en bonne intelligence avec les associations. Beaucoup d’associations, notamment sportives, bénéficient de subventions municipales assez conséquentes. C’est le cas avec le Handball, notre équipe féminine est en Division 2 national. Pour soutenir ces associations, il n’y a pas que les subventions, la ville met aussi à disposition des locaux. Même optique concernant l’aspect culturel. Vous vous en doutez, nous faisons avec les moyens du bord au niveau local. Cependant, nous n’avons toujours pas de salle d’animation ! Néanmoins, la commune soutient financièrement des événements comme le Festiv’Arts et le festival Spot-Nature. Grâce au Comité des fêtes, les revenus engendrés financent un voyage et offre également un repas annuel à nos ainés. Il ne faut pas se le cacher, les associations sont pour nous un élément de support important de la vie sociale de la commune. Et nous avons la chance d’avoir un niveau de participation active des citoyens. Cette vie associative permet une dynamique de groupe et entretien un lien social et intergénérationnel sur notre commune.


F.d.T. : Le renouvellement urbain, la qualité urbaine, l’urbanisme durable, cela se concrétise comment à Octeville-sur-Mer ?

J-L. R. : Ce qu’il faut savoir, c’est que notre population a triplé en 50 ans. Nous étions 2000 dans les années 70, aujourd’hui nous sommes 6000 habitants. Nous avons une commune très étendue, en termes de superficie. En lui-même, le bourg s’est assez peu développé au contraire des hameaux. Aussi, nous avons instauré une autre façon de faire : depuis 2013, les hameaux ne peuvent plus s’étendre, et nous avons également limité la surdensification à l’intérieur des hameaux, car cela ne respectait pas la typologie de ceux-ci. Aujourd’hui on se développe autour du bourg, dans des zones de développement que l’on a identifiées et sur lesquelles nous avons lancé – en maitrise d’œuvre urbaine – la mise en place de schéma directeur d’aménagement. Sous forme d’ateliers, dans le cadre d’une approche environnementale et d’urbanisme de qualité, nous avons associé la population. Et dans la phase établie de schéma directeur, nous avons intégré un certain nombre de données suites aux ateliers. La requalification urbaine de centre de bourg nous permet de mettre en place un plan de circulation et de réaménagement du cœur de bourg avec des projets mixtes (commerces/ logements ou logements seuls) qui verront le jour dans le cadre d’un projet Eco Cœur de bourg d’Octeville-sur-Mer.


F.d.T. : Vous semblez sensible à la démocratie participative, est-ce une autre façon de faire de la politique ?

J-L. R. : C’est indispensable, en effet ! On a eu l’implantation de constructions via un promoteur qui a réalisé dans une zone pavillonnaire du r+3. Cela a créé pas mal d’émoi dans la commune. À partir de là une association a vu le jour avec laquelle nous avons travaillé pour déterminer la typologie et les caractéristiques du bourg. On a fait en sorte qu’on ne construise pas plus haut que l’existant. Quant à la démarche participative, elle est essentielle. Comme je vous le disais, elle a permis de faire comprendre l’évolution que nous voulions donner. Travailler en amont sur nos projets en associant la population, c’est notre vision de la politique communale d’aujourd’hui !